Le Rêve
Le Congrès

Faire parler les rêves d’eux-mêmes

Esteban Stringa

Mettre l’accent sur l’utilisation par chaque analyste de la voie du rêve, nous permet de dégager les conséquences de son traitement “scientifique” dans les psychothérapies qui font “parler les rêves d’eux-mêmes”.

L’origine des TCC fut une recherche expérimentale réalisée par A. Beck [1], à partir de rêves de patients dépressifs. Son idée était de vérifier si ces rêves montraient plus d’hostilité envers les sujets eux-mêmes - postulat freudien sur la mélancolie- que les rêves d’autres patients.

La recherche expérimentale implique que le texte du rêve soit développé, mais en privilégiant une théorie pour tous, A. Beck est conduit à ne pas dépasser le contenu manifeste du rêve, perdant ainsi le plus intime et le plus énigmatique de chacun.

Avec cet usage du rêve à l’opposé du phénomène freudien, A. Beck supprime en plus une condition propre à l’hypothèse de l’inconscient. Même si dans son expérience le contenu des rêves tournait autour de l’être privé, frustré, déprécié, exclu, ou puni par les autres, il a oublié la correspondance existant entre les personnages qui apparaissent dans les rêves et le moi du rêveur. Il en a ainsi conclu que la thèse freudienne de la dépression ne se vérifiait pas.

Ne pas considérer ce qui veut dire ni ce qui veut jouir pour chacun dans le texte du rêve, rejeter l’inconscient, c’est être complice avec la position dépressive. Ainsi que l’a précisé Jacques-Alain Miller [2], cet usage du texte du rêve sans l’interpréter est au service de la double position des thérapeutes qui deviennent ainsi les maîtres de ceux qui se font écouter, et les gardiens de la réalité collective, en imposant leur théorie. Un savoir qui se retrouve dans les livres et pas dans chaque séance analytique.

Traduit de l’espagnol par Adela Alcantud, Eliane Calvet et Ana Inés Vasquez.

NOTES

  1. Beck A. y Sacco W., “Cognitive theory and therapy”, Handbook of Depresion, New York, Guilford, 1995, p. 329.
  2. Cf. Miller J.-A., “Psychanalyse appliquée à la thérapeutique”, cours du 29 novembre 2000, Mental n°9, 2001 pp. 10-11.